Immersion à l'Institut de Recherche Criminelle de la Gendarmerie Nationale

L'Institut de Recherche Criminelle de la Gendarmerie Nationale ( IRCGN ) m'a conviée à faire partie des premiers influenceurs à pén...

L'Institut de Recherche Criminelle de la Gendarmerie Nationale (IRCGN) m'a conviée à faire partie des premiers influenceurs à pénétrer dans son enceinte très fermée de Cergy-Pontoise. C'est l'expérience la plus captivante qu'il m'ait été proposé de vivre en tant que blogueuse. L'équipe a imaginé pour nous un après-midi en totale immersion, comprenant la visite de plusieurs départements emblématiques tels la balistique, l'environnement incendies-explosifs, la toxicologie et le service saisine des scellés. Nous avons terminé cette expérience par la résolution d'une enquête fictive imaginée juste pour nous.


Le Colonel Touron, Directeur, a démarré lui-même la visite en nous présentant l’IRCGN. Il s'agit d'un institut de sciences forensiques, ce qui signifie que les analyses sont ici conduites dans de nombreux domaines d'investigation scientifiques,  permettant de découvrir les faits et de résoudre les problèmes. Disposer sur un même site toutes les technologies et sciences permet la recherche de la vérité scientifique, indispensable au procès pénal. Le statut militaire des gendarmes scientifiques permet d’œuvrer en tous lieux et tous temps, donnant à cette unité un statut opérationnel reconnu dans le monde entier.


L'IRCGN relève du pôle judiciaire de la gendarmerie nationale. Il assure les missions suivantes :

- effectuer, à la demande des officiers de police judiciaires - qu'on appelle communément les "OPJ"- et des magistrats, des examens techniques ou scientifiques. Les magistrats peuvent également demander des expertises. Ces travaux sont exécutés selon les règles de la procédure pénale et donnent lieu à l'établissement de rapports ;

- apporter en cas de besoin - crimes graves ou catastrophes- aux directeurs d'enquête, le soutien nécessaire au bon déroulement des opérations de prélèvement technique et scientifique (PTS) ou d'aide à l'identification des victimes ;

- concourir directement à la formation des techniciens en identification criminelle et à la formation des enquêteurs de tous les niveaux ;

- poursuivre, dans tous les domaines des sciences forensiques, les recherches rendues nécessaires par le développement des techniques d'investigation criminelle.

L’Institut est reconnu comme un pôle d’excellence.

  
L’organisation comporte plusieurs divisions :

- la criminalistique physique et chimie (DCPC) qui regroupe les activités physicochimiques, la balistique, la microanalyse, l'environnement-incendies-explosifs et la toxicologie ;

- la criminalistique ingénierie et numérique (DCIN) comprend quant à elle les activités liées à l’ingénierie et aux nouvelles technologies : informatique-électronique, signal image-parole, documents, véhicules ;

- la criminalistique identification humaine (DCIH), composée des activités ayant trait à l’odontologie et la médecine légales, l’anthropologie et l’hématomorphologie, la faune et la flore forensiques, les empreintes digitales ;

- la criminalistique biologie et génétique (DCBG), qui forme un pool unique d’experts en génétique dans une même chaîne fonctionnelle ;

- un service interprétation des données, en charge de l’interprétation statistique des indices et des preuves ; un service saisine-scellés et un service assurance-qualité, qui assurent la traçabilité des dossiers et des scellés ainsi que la promotion et le suivi de la politique qualité souhaitée par la direction.

L’IRCGN, du fait de l’accréditation de plus de 120 méthodes d’essai selon la norme ISO 17025, représente un des laboratoires de sciences forensiques dont les résultats sont les plus maitrisés et les plus fiables d'Europe.


Remerciements à Julie et à l'ensemble des intervenants de l'IRCGN pour cette expérience exceptionnelle !


Articles similaires

0 commentaires

Photographer